22 décembre 2008

danse crado

Commentaire du clip n°2

Nous avons la chance de pouvoir admirer un clip fabuleusement monté

Toutd’abord  un très beau dessin très mélancolique : une femme entourée de roses, d’un clown triste et d’un clown joyeux à l’image des tourments de son âme. Au moment ou la chanson commence « avec « Love, love is strange » nous avons une très belle image d’un œil – et le grain de beauté très sexy) d’où coule une larme. On pourrait considérer que cette image est vue et revue, mais l’auteur n’a pas faitdans la simplicité ! En effet, il introduit un effet miroir rondement bien foutu : puisqu’à l’intérieur de la larme on distingue une autre femme (la même que tout à l’heure ? ) ainsi qu’un homme très viril. Ainsi on peut comprendre que l’œil pleur un amour perdu , et de manière général cet œil in déterminé – générique en quelque sorte, l’œil de toute l’humanité- pleure la fin d’alliance entre la féminité exacerbée et la virilité affirmée dans ce monde métrosexualisé. D’où le retour du cloxn triste : était-ce lui qui pleurait tout à l’heure ? Au fur et à mesure du clip ce clown triste s’individualise :

-          D’abord accompagné d’un clown joyeux il s’affirme et apparaît seul

-          Il réapparait ensuite avec une casquette indiquant qu’il vient du département 13 : c’est donc un clown des bouches du rhône !! ça n’a rien aà voir avec un clown du Nord pas de calais ! Il nous prouve qu’on peut être triste même au soleil.

-          A l’image suivante on comprend tout !!!  On retrouve en filigrane les yeux (méchants cette fois) , le clown triste qui semble en colère. Pourquoi à cause d’une voiture !!! C’est vrai qu’elle est très belle voiture, mais nos personnages ont bien compris que ça pollue et que ça craint. On apprend ainsi que non seulement, comme le dit la chanson « love is strange » mais que la « life » a « crazy ». L’auteur du clip déploie dans cette image tout un univers expressionniste, nous montrant la vie dans ses aspects les plus décadents.

-          A la décadence précédemment montrée, nous arrivons à une image de sérénité et de bonheur parfait : le couple idéalisé tel que tout le monde le rêve : les fleurs reviennent, la femme au seins nus, l’homme-bucheron incarnant la virilité perdue de nos sociétés actuelles ( il est aussi bien monté que ce clip). Cet amour est étoffé de roses

Que se racontent –ils ce deux zigouigouis ? C’est la chanson qui nous en apporte la réponse :

Boy: Sylvia
Girl: Yes Mickey
Boy: How do you call you're loverboy
Girl: Come here loverboy
Boy: And if he doesn't answer
Girl: Oh loverboy
Boy: And if he still doesn't answer
Girl: I simply say
Girl: Baby, oh baby, my sweet baby, you're the one

C’est cette image de perfection que le clip se finit, comme quoi les belles histoires se finissent toujours bien et le clown méchant ou triste n’est plus qu’un spectre bien lointain …

Posté par pouf_pouf à 14:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur danse crado

    I'm lovin' it

    Posté par Raph, 23 décembre 2008 à 12:08 | | Répondre
  • censure?

    "cette vidéo n'est pas disponible dans votre pays ou sur votre domaine"...

    y a des fois le vietnam, ca craint!

    Posté par henri, 08 janvier 2009 à 18:30 | | Répondre
  • je crois que je suis traumatisée par ce clip...

    tiens, tu avais déjà remarqué que le clip de NTM "Qu'est-ce qu'on attend" est un clip d'urbaniste ou d'aménageur du territoire ? (autrement dit, fait pour nous)

    MAIS QU'EST-CE, QU'EST-CE QU'ON ATTEND POUR FOUTRE LE FEU ???

    Posté par aline, 14 janvier 2009 à 16:01 | | Répondre
  • oui j'avais vu le clip de NeuTeuMeu
    "Admirez combien la végétation est dense et vigoureuse"

    Posté par Nataska, 31 janvier 2009 à 15:24 | | Répondre
Nouveau commentaire